LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ : L’INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE (INS) REND PUBLIC LES RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE HARMONISÉE SUR LES CONDITIONS DE VIE DES MÉNAGES (EHCVM)

138

C’est à travers un atelier organisé le vendredi 21 mai 2021 dans un établissement hôtelier de la presqu’île de Kaloum, que l’INS a rendu public les résultats de l’Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM) réalisée en termes de collecte de données, du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019, sur toute l’étendue du territoire Guinéen et dont les résultats ont été consolidés en août 2020.

Dans leurs allocutions d’ouverture d’atelier, Messieurs Mamadou Camara, Directeur Général Adjoint de l’INS et Boulel Touré le représentant de la Banque Mondiale à cet atelier ont salué tour à tour, la restitution des résultats de ces enquêtes qui à n’en point douter, permettront de suivre et d’évaluer les politiques programmes et projets de développement de manière générale, mais en particulier d’impacter sur la courbe du niveau de vie des populations en apportant des solutions de lutte contre la pauvreté en Guinée.

L’objectif principal de cette enquête réalisée par le Ministère du Plan et du Développement Économique (MPDE) et ses partenaires techniques et financiers que sont la Banque Mondiale, le PNUD, l’UNICEF… à travers l’INS, est de fournir des informations actualisées et fiables sur la pauvreté et les conditions de vie des populations. Il convient d’entendre par enquête harmonisée, une enquête qui s’est réalisée sur les 8 pays de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine à savoir la Côte d’Ivoire, le Bénin, Le Burkina Fasso, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo, auxquels on a rajouté la Guinée et le Tchad. Et cette enquête s’est opérée dans ces pays suivant les mêmes modalités. En Guinée, c’est sur plus de 8.400 ménages que se sont réalisées les enquêtes et chaque ménage compte en moyenne cinq membres.

Au cours des différentes présentations, une demi-douzaine au total, les participants, une centaine environ, composés des représentants des différents Ministères sectoriels, ont été instruits sur le contexte dans lequel s’est réalisée cette enquête, sur la méthodologie mise en œuvre, sur les caractéristiques des ménages enquêtés, sur les conditions de santé et de logement des populations… avant de donner la parole à Monsieur Aly Komah, le coordonnateur technique de l’INS aux fins de dégager le profil de la pauvreté en Guinée.

Au cours de cet atelier, des informations statistiques de très haute importance ont été livrées aux participants, qui permettront au MPDE d’apporter des solutions adéquates à la problématique de la pauvreté en Guinée. Il faut noter par exemple que lors du dernier recensement général de la population et de l’habitat, la Guinée comptait exactement 12.046.031 habitants fortement concentrés à Conakry, Kankan et N’zérékoré. 47% de cette population est composée de jeune de moins de 15 ans. En termes d’électrification 54% de la population guinéenne utilise des lampes à piles, et en termes de logement 5% de la population vit encore dans des baraques. 80% des Guinéens vit dans des logements à plusieurs habitations. En termes de santé par exemple, le Guinéen dépense en moyenne 342.000Gnf par an pour sa santé et 3% d’entre eux consultent encore des guérisseurs traditionnels. En termes de chômage, il faut avoir au moins 15 ans, être disponible et être en situation constante de recherche d’emploi pour être considéré comme chômeur. Aussi pour définir la pauvreté l’on utilise aussi l’alimentation et c’est ainsi que la personne qui n’arrive pas à consommer 2.300 calories par jour est considérée comme pauvre. A contrario la personne qui consomme en termes d’unité monétaire, 14.000Gnf par jour est classée parmi les non pauvres.

Il faut noter que cet atelier est venu à point nommé car l’ensemble des résultats de cette enquête sera transmis à la Direction Nationale du Plan et de la Prospective (DNPP) du MPDE et ces résultats seront pris en compte dans l’élaboration du Programme National de Développement Économique et Social (PNDES 2). Dans le cadre donc du programme de lutte contre la pauvreté, ces données statistiques vont à présent permettre à Madame Kanny Diallo et à son équipe de procéder à des frappes économiques chirurgicales sur les secteurs d’activités qui peinent à décoller et aussi sur les couches de populations les plus défavorisées afin de réduire de façon drastique le taux de pauvreté en Guinée. Résolument décidée à mener avec force le combat pour le développement économique et social de la Guinée en menant une lutte farouche contre la pauvreté, Madame la Ministre Kanny Diallo du Plan ne ménagera aucun effort pour arriver à moyen terme à ce résultat qu’elle a, droit dans son viseur.

AKIN Saliou