RENCONTRE AVEC MADAME EDITH MAKA, CHEF DU SERVICE GENRE ET EQUITE

152

« Il est nécessaire de prendre des mesures visant à compenser les désavantages économiques, sociaux et politiques qui, accumulés, empêchent les femmes et les hommes ; les filles et les garçons, d’être sur un pied d’égalité ».

Native de la ville de N’zérékoré, Madame Édith MAKA est une fonctionnaire chevronnée, avant de poser ses valises au Ministère du Plan et du Développement Économique en 2004, elle a été successivement enseignante vacataire, à l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, cheffe de Section chargée des applications informatiques et de statistiques au Ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’État et de la Modernisation de l’Administration. Nous l’avons rencontrée dans ses locaux au MPDE : Entretien

Madame Édite MAKA bonjour, vous êtes à la tête du service genre et équité au MPDE depuis mars 2015. Dites-nous que contiennent ces deux vocables GENRE et EQUITÉ ?

Le GENRE fait référence aux différences socialement construites dans les attributs et les opportunités associés au fait d’être une femme ou un homme et aux interactions et relations sociales entre les femmes et les hommes. Le GENRE détermine ce qui est attendu, permis et valorisé chez une femme ou un homme dans chaque contexte. Dans la plupart des sociétés, il existe des différences et des inégalités entre les femmes et les hommes dans les rôles et les responsabilités attribués, les activités entreprises et l’accès aux ressources et leur contrôle, ainsi que dans les opportunités de prise de décision. Ces différences et inégalités entre les genres sont façonnées par l’histoire des relations sociales et évoluent au fil du temps et d’une culture à l’autre. L’ÉQUITÉ quant à elle, fait référence aux dispositions prises pour permettre à une entité considérée comme défavorisée, de bénéficier de certains avantages. L’équité, du latin aequitas est un principe impliquant le juste traitement, le respect absolu de ce qui est dû à chacun.

L’on entend également parler de l’équité des genres, la signification de ce groupe de mots est-elle différente de Genre et Équité tel que le nom de votre service est libellé ?

L’équité de genre, c’est le fait de se comporter de manière équitable envers les femmes et les hommes, ou les filles et les garçons. Afin de garantir cette équité, il est nécessaire de prendre des mesures visant à compenser les désavantages économiques, sociaux et politiques qui, accumulés, empêchent les femmes et les hommes ; les filles et les garçons, d’être sur un pied d’égalité. Tandis que l’égalité de genre, est l’état dans lequel les femmes et les hommes jouissent de l’égalité des droits et des chances dans la vie civile et politique.

Le nom du service GENRE ET ÉQUITÉ, comme vous le dites vous-même c’est un nom de baptême rien de plus.

En termes sociologiques le genre est l’analyse des statuts, rôle sociaux, relations entre les hommes et les femmes dans une société donnée. Comment cela peut-il s’analyser au MPDE ?

L’analyse Genre est l’étude des différents rôles des femmes et des hommes pour comprendre ce qu’ils font, de quelles ressources ils disposent et quels sont leurs besoins et priorités dans un contexte spécifique.

Procéder à l’analyse genre au MPDE, c’est élaborer la stratégie genre du MPDE.

Pourquoi faut-il promouvoir le Genre au MPDE ?

Promouvoir le Genre au MPDE, c’est appliquer la législation et la règlementation en vigueur dans le domaine du Genre et de l’équité au niveau du MPDE ; comme stipulé dans le document de Politique Nationale Genre de la République de Guinée.

Comment intégrez-vous le genre dans les projets du MPDE ?

À travers le plan d’action annuel budgétisé du Service Genre et Équité.

Comment comptez-vous apporter des solutions à la problématique du genre et de l’équité au MPDE ?

En m’impliquant dans la prise en compte du Service dans les différentes commissions d’élaboration des documents de politiques, stratégies et suivi-évaluation des projets et programmes du MPDE, afin qu’il soit le garant de l’intégration du genre dans ces différents documents.

En m’impliquant dans l’intégration du Service dans les comités de pilotage des enquêtes de l’Institut National de la Statistique, afin qu’il soit le garant de la recherche et de la production d’indicateurs de genre ;

En sollicitant la mise en place d’une assistance technique et financière au Genre au cours de la programmation budgétaire (PIP) du MPDE ;

Et enfin, en m’impliquant dans l’élaboration de la stratégie genre du MPDE.

Madame MAKA, Merci.

C’est moi qui vous remercie.

Entretien réalisé par AKIN Saliou