Gros plan sur les produits, enquêtes et études réalisés par le Département du Plan et du Développement Economique

209

Eclairage sur les grandes lignes de la dernière étude portant « analyse sur la pauvreté en Guinée » réalisée par l’Institut National de la Statistique (INS) de Guinée.

Le Site portail  mplan.gov.gn a rencontré pour vous, Monsieur le Directeur Général de l’Institut National de la Statistique (INS) M. Aboubacar Kaba pour faire l’analyse de la tendance des indicateurs qui concernent principalement les deux dernières enquêtes de pauvreté (ELEP 2012 et EHCVM 2018/2019).

Question : Bonjour Monsieur Aboubacar Kaba ! Le Ministère du Plan et du Développement Economique à travers l’INS que vous dirigez, vient de faire des études statistiques à partir des enquêtes sur la pauvreté. Mais avant d’analyser les chiffres, pouvez-vous nous faire, un bref aperçu sur les enquêtes statistiques de la pauvreté réalisées en Guinée

Aboubacar Kaba /DG INS : Permettez-moi tout d’abord, de remercier Madame la Ministre du Plan et du Développement Economique pour la confiance placée en notre Direction, pour les conseils, appuis et soutiens de tous ordres que Mme nous apporte, (elle et son Cabinet) dans la réalisation de nos activités qui ont abouti à ces produits et résultats qui honorent le Département du Plan et au-delà, le pays, en matière de production de statistiques de qualité afin d’accompagner la conception, la mise en œuvre et le suivi et évaluation des projets et programmes de développement socio-économique de la Guinée. Grâce au leadership de Madame la Ministre du Plan et du Développement Economique, Mme Kanny DIALLO, l’INS a fait des progrès et accomplie des performances ces cinq dernières années. Je voudrais aussi associer à ses remerciements,  le Cabinet, les hauts cadres du MPDE, les sectoriels et les partenaires techniques et financiers de la Guinée

En ce qui concerne le bref aperçu des études sur la  pauvreté, sachez que de 1990 à 2020, la République de Guinée a réalisé cinq enquêtes sur la pauvreté :

  • Enquête Intégrale Budget et Consommation (EIBC 1994/1995)
  • Enquête Intégrée de Base pour l’Evaluation de la pauvreté (EIBEP 2002/2003)
  • Enquête Légère d’Evaluation de la Pauvreté (ELEP-2007)
  • Enquête Légère d’Evaluation de la Pauvreté (ELEP-2012)
  • Enquête Harmonisée sur les Conditions de Vie des Ménages (EHCVM 2018/2019)

Question : Parlons de la dernière enquête menée, celle qui a engagé l’INS avec d’autres pays africains. Quelle est sa particularité et la méthodologie utilisée ?

  1. Aboubacar Kaba/ DG INS: La particularité de l’EHCVM 2018/2019, est qu’elle a été une enquête intégrale et harmonisée avec 9 autres pays à savoir (la Guinée, les huit pays de l’UEMOA et le Tchad). Ces dix (10) pays se sont engagés dans un vaste programme statistique dénommé « Programme d’Harmonisation et de Modernisation des Enquêtes sur les Conditions de Vie des Ménages (PHMECV) » sous financement de la Banque Mondiale.

Cette harmonisation tient à l’utilisation de la même méthodologie de collecte et d’analyse des données. Une note méthodologique sur la mesure de pauvreté a été conçue à cet effet, avec l’appui des experts de la Banque. Celle-ci permet la comparaison des indicateurs de pauvreté et de condition de vie des ménages de la Guinée avec ceux des autres pays.

Question : Comment l’enquête a été réalisée sur le terrain en Guinée ?

  1. Aboubacar Kaba/ DG INS : En Guinée, nous avons mené le travail de collecte des données en deux phases (de 3 mois chacune), précisément entre juillet 2018 et juin 2019 sur un échantillon global de 8 280 ménages. Après la collecte des données, les experts de la Banque Mondiale, de l’UEMOA, des INS nationaux et d’autres structures statistiques internationales ont par la suite réalisé une série d’ateliers de traitement des données et de production des indicateurs de pauvreté. Les experts et ingénieurs statisticiens guinéens ont participé à ces ateliers. Les travaux de traitement ont été  réalisés avec l’appui des experts de la Banque Mondiale. A l’issu de ces travaux, les différents programmes de calcul et les résultats de l’enquête sur la pauvreté ont été validés, le 13 août 20120.

Question : Parlons à présent Monsieur le Directeur, de la notion « dimension de la pauvreté » pas facile à cerner. Quelle catégorie de pauvreté a été mesurée en Guinée ?

  1. Aboubacar Kaba/ DG INS :Il faut préciser que ces deux (2) dernières enquêtes ont été basées sur des méthodologies différentes qui requiert la prise en compte (en termes de comparaison) de certains indicateurs de pauvreté avec précaution.

Au niveau de l’INS en Guinée, nous avons mesuré trois (3) catégories de pauvreté. il s’agit de :

  • La pauvreté monétaire
  • La pauvreté non monétaire ou multidimensionnelle
  • La pauvreté subjective
  1. La pauvreté monétaire : La consommation des ménages est le principal ingrédient pour mesurer cette pauvreté. Car le revenu est très souvent sujet à des biais de collecte des données et des chocs exogènes. Il est important de comprendre que la consommation est composée de :
    • La consommation alimentaire des ménages
    • La consommation non alimentaire des ménages

Pour la pauvreté monétaire, neuf (9) dimensions sont mesurées :

  1. La consommation alimentaire dans le ménage
  2. Le repas pris hors des ménages
  3. Le repas alimentaire des fêtes et des cérémonies religieuses
  4. Dépense en éducation
  5. Dépense en santé
  6. Dépense en Communication et transport
  7. Logement
  8. Dépense en biens et services non durables (charbon, allumettes, ampoules, mains d’œuvres, savons, vêtements, chaussures, etc.)
  9. Biens durables (voiture, moto, ordinateurs, téléphone portable, etc.)

Les niveaux de pauvreté dépendent essentiellement d’indicateur de bien être (agrégat) choisi et du seuil de pauvreté. Le seuil de pauvreté est le revenu minimal en dessous duquel un individu est considéré comme pauvre. Il faut souligner que l’incidence de pauvreté est le principal indicateur de mesure de la pauvreté. C’est la proportion des individus de la population qui sont au-dessous du seuil de pauvreté.

  1. La pauvreté non monétaire : Elle est mesurée à travers la disponibilité et l’utilisation des services sociaux de base ainsi qu’à l’accessibilité à certaines utilités publiques. En Guinée, lors de la dernière enquête pauvreté de 2019, ce phénomène a été mesuré à travers trois dimensions :
    • Education
    • Santé et alimentation
    • Niveau de vie.

A cela s’ajoute, l’Indice de Pauvreté Multidimensionnelle (IPM) qui est le principal indicateur pour mesurer la pauvreté non monétaire.

  1. La pauvreté subjective : elle est mesurée à travers la perception de la population sur leur bien-être et leurs conditions de vie. Les méthodes sont basées sur le jugement subjectif des personnes sur ce qui constitue un niveau de vie minimum socialement acceptable.

Question : Pour avoir une lecture simplifier des données issues de l’enquête, voyons avec vous, les caractéristiques socio-économiques et spatiales de la pauvreté ?

  1. Aboubacar Kaba/ DG INS

Oui ! Il est important de souligner que l’incidence de pauvreté détermine le niveau de pauvreté de la population dans un pays. Selon la dernière enquête de pauvreté réalisée en 2019, le seuil de pauvreté est évalué à 5 006 362 GNF. En guinée, l’incidence de pauvreté (ou taux de pauvreté) est passé de 55,2% en 2012 à  43,7% en 2019 ; soit une baisse de 11,5%. De 2012 à 2019, l’incidence de pauvreté a respectivement évolué dans les différentes régions administratives comme l’indique le graphique ci-dessous :

Comme on le voit, les régions de Conakry et Kankan demeurent les moins pauvres.  Les régions de Labé et Faranah sont les principaux pôles de pauvreté en Guinée. Ces données révèlent en outre qu’un peu plus de la moitié de population rurale vit sous le seuil de la pauvreté (55.4%) en 2012 ; cette proportion avoisinait les deux tiers de la population (64.7%).

Par ailleurs, une forte ruralité de la pauvreté a été observée dans les régions de Kindia, Labé et Faranah. Comparativement à 2012, la baisse de la pauvreté a été très forte en milieu urbain. L’incidence de pauvreté est passée de 35.4% en 2012 à 22.4% en 2019. La pauvreté non monétaire ou l’Indice de Pauvreté Multidimensionnelle en Guinée est de 31,9% en 2019 contre 36,3% en 2012.

En Guinée, la consommation moyenne annuelle par tête est de 6 054 491 GNF. Il est plus élevé à Conakry (8.602.116 GNF) que dans les autres régions. La région de Kankan enregistre un niveau supérieur à la moyenne nationale (6.570.927 GNF) alors que les régions de Faranah et Labé affichent les niveaux de vie les plus bas.

En ce qui concerne les caractéristiques de l’inégalité en Guinée, l’indice de Gini est le principal indicateur permettant de mesurer l’inégalité. Cet indice est passé de 0.317 en 2012 à 0.272 en 2019. Cette baisse de l’inégalité corrobore la forte baisse de pauvreté au regard d’une forte croissance économique enregistrée dans notre pays au cours des cinq dernières années. Un dernier chiffre parlant : les 20%, les plus riches de la population dépensent 5.74 fois plus que les 20% les plus pauvres

Question : Avant de nous quitter, citez-nous, à titre de rappel, les principales activités, produits, études et résultats de ces cinq (5) dernières années à l’actif de l’INS, Direction majeure du Ministère du Plan et du Développement Economique

  1. Aboubacar Kaba/ DG INS: nous l’avons souligné à l’entame, grâce au soutien du Cabinet et à l’appui des partenaires l’INS a réalisé des activités remarquables ces dernières années. Il s’agit entre autre de :

 

  • Poursuite de la collecte et le traitement des données pour élaborer le Bulletin de l’Indice Harmonisé des Prix sur la Consommation ;
  • Collecte de données de routines pour l’élaboration des Comptes Nationaux ;
  • Mise à jour du répertoire national des localités ;
  • Collecte de données pour la mise à jour régulière de la Plateforme Nationale de Diffusion des Données;
  • Appui technique au BSD du Ministère de la Santé pour l’enquête SARA ;
  • Collecte des données au niveau national pour la réalisation d’une enquête mensuelle sur l’impact de la Covid-19 sur les conditions de vie des ménages ;
  • Formation des élèves adjoints technique à l’ENA ;
  • Collecte et traitement des données pour l’élaboration des indices des commerces intérieurs 2012 ;
  • Collecte et traitement des données pour la production des céréales.

En perspectives, l’INS prévoit de :

  • Organiser un atelier technique en faveur des acteurs du SSN pour la révision des indicateurs du PNDES;
  • Evaluer la mise en œuvre de la SNDS-2016-2020 et d’élaborer la SNDS 3 ;
  • Organiser des ateliers de validation et vulgarisation des résultats de l’EHCVM;
  • Elaborer une cartographie de la pauvreté en utilisant les données de l’EHCVM;
  • Réaliser des ateliers virtuels de validation des annuaires statistiques des BSD.

Merci pour l’opportunité que vous nous offrez afin de communiquer sur les enquêtes, études et réalisations du département à travers l’INS et les autres Directions et Services d’Appui du  Ministère du Plan et du Développement Economique (MPDE).

Service Communication, Relations Publiques MPDE.