Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel: Mme la Ministre du Plan et du Développement Economique, ses collègues africains et les autres du projet régional SWEDD lancent la campagne multimédia et d’offre de services intégrés pour la continuité des services.

64

Le contexte de la pandémie de COVID 19 oblige, c’est à travers une session extraordinaires de Visio conférence que Mme la Ministre du Plan et du Développement Economique, ses Collègues ministres des neuf pays membres du SWEDD ainsi que la palette d’acteurs et de partenaires techniques et financiers impliqués dans la mise en œuvre de ce projet régional ont échangé longuement le lundi  8 juin 2020.  Objectif : examiner les effets de la Covid-19 sur l’autonomisation des filles et des femmes et les actions pertinentes susceptibles de permettre d’assurer la continuité des services et des activités dans les pays à travers et au-delà du projet SWEDD.

Cette plateforme d’échange placée sous l’égide du Comité Régional de Pilotage du Projet d’Autonomisation des Femmes et du Dividende Démographique au Sahel (SWEDD) présidé par l’Ivoirienne Pr. Mariatou Koné, a passé en revue, les effets de la Covid-19 sur l’autonomisation des filles et des femmes et les actions pertinentes susceptibles de permettre d’assurer la continuité des services et des activités dans les pays à travers et au-delà du projet SWEDD.

La séance qui a enregistré une contribution active de Mme Kanny Diallo a permis d’évaluer les efforts à réaliser dans ce contexte de COVID pour accompagner la reprise des cours et le retour des filles à l’école, la relance des activités économiques dans les communautés démunies, où la prévalence des mariages forcés d’enfants, les grosses précoces et autres violences sexistes chez les adolescentes. La plateforme élargie  a servi de tremplin pour le partage de bonnes pratiques, les opportunités de développement des partenariats stratégiques avec les organisations de la société civile et le secteur privé afin d’amplifier, intensifier et reproduire les expériences réussies dans la lutte contre la pandémie ; la prise en charge de la vulnérabilité des filles et des jeunes femmes,  la reconstruction économique et l’autonomisation des femmes.

Dans les cases des femmes qui fabriquent le sel. Kamsar. GuinŽe Conakry

La Guinée pleinement engagée dans la riposte contre la pandémie COVID et les études stratégies pour la relance économique à moyen et long terme

Mme la Ministre du Plan et du Développement Economique a saisi l’occasion pour souligner l’importance de ce projet régional et notamment les avantages que le pays pourra en tirer. « Grâce à ce projet, la Guinée a bénéficié d’un financement assez important qui est de 60 millions de dollars US. Ce montant va nous permettre de faire non seulement une jonction entre l’autonomisation des femmes mais aussi et les efforts de réduction de l’impact de la COVID-19 sur l’économie guinéenne engagés par le Gouvernement Guinéen sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Pr Alpha Conde », a précisé Mme Kanny Diallo.

La Patronne du Département du Plan et du Développement Economique, Gouverneure pays pour la Banque Mondiale en Guinée a rappelé dans la foulé, les actions d’urgences enclenchées très tôt par le Gouvernement pour endiguer les effets de la pandémie en Guinée notamment les ripostes engagées pour protéger les plus vulnérables des vulnérables que sont les filles et femmes.

« S’inspirant de l’expérience de la MVE et d’autres pays du monde confrontés à la pandémie de COVID-19, le Gouvernement guinéen a mis en place une série de mesures axées en priorité sur la prévention et la riposte pour circonscrire la maladie et freiner sa progression. Ainsi, les plans sectoriels de l’action sociale, de l’éducation, de la santé, ainsi que le plan de riposte économique à la crise sanitaire ont été pris en compte dans l’élaboration d’une Stratégie Nationale de Lutte contre la COVID-19 (SNLC). Cette stratégie, prémisse du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) 2021-2025 est un cadre fédérateur de toutes les initiatives prises jusqu’ici pour la réponse nationale à la COVID-19 » indiquera Mme Kanny Diallo avant de rajouter : « Tout comme les plans sectoriels, la SNLC prend en compte la vulnérabilité des femmes et des filles en cette période de pandémie. Concernant le plan national swedd contre la COVID-19, plusieurs mesures sont envisagées. Il s’agit entre autres de : (i) l’appui à l’hygiène menstruelle en confinement ; (ii) l’appui alimentaire aux filles adolescentes et femmes vulnérables ; (iii) l’achat et la distribution des kits d’urgence de santé reproductive y compris des kits pour la prévention des Violences Basées sur le Genre (VBG) ; (iv) la sensibilisation des ménages pour la protection des filles contre les mariages précoces et le retour des adolescentes à l’école après la pandémie de COVID-19 ; (v) l’offre de services à travers la stratégie mobile de Santé de la Reproduction, Maternelle, Néonatale, Infantile, des Adolescents et de la Nutrition (SRMNIA-N) y compris les VBG et de soutien psychosocial pour les VBG ; et (vi) l’offre de services SRMNIA-N, y compris à travers les visites domiciliaires par les relais communautaires ».

Une contribution très appréciée par le panel d’invités et de partenaires qui se sont relayés pendant 3 heures au cours de cette réunion virtuelleparmi lesquels des ministres des pays membres du projet SWEDD, des représentants de la Banque mondiale, de l’UNFPA, de l’OOAS, des acteurs de la société civile et du secteur privé tels que McKinsey, Population Council et Promundo US.

Des décisions et orientations pour le SWEDD 2

Aux termes de la session, le Comité Régional de Pilotage s’est  félicité de l’adhésion du Cameroun et de la Guinée au réseau des pays SWEDD et engagé les institutions d’assistance technique à accompagner ces nouveaux membres pour qu’ils bénéficient d’un appui de qualité en conformité avec leurs besoins et en tirant pleinement profit des expériences développés par les autres pays.  En outre le Comité Régional de Pilotage a formulé les recommandations parmi lesquels celles qui demandent aux Gouvernements : Une mise en œuvre efficace des plans de riposte dans le cadre de COVID 19, adoptés par les pays en compléments aux PTBA 2020, pour permettre d’accompagner la reprise progressive des activités du projet; une plus grande prise en compte des questions d’autonomisation des femmes, des inégalités de genre et des droits des femmes dans les plans nationaux de riposte contre la Covid-19 ; une plus grande synergie des programmes d’autonomisation des femmes avec les plans nationaux de riposte contre la Covid-19 ; et un appui pour une implication active de tous les pays membres dans le camp médiatique et communautaire pour renforcer les acquis des plans nationaux de riposte contre la Covid-19.

La Banque Mondiale a été invitée à prendre des dispositions pour accompagner les pays dans la mobilisation effective et urgente des ressources du projet pour préserver et consolider les acquis de la phase 1 du Projet SWEDD et apporter un appui aux efforts nationaux pour la mobilisation des ressources additionnelles.

Quant à l’UNFPA et l’OOAS on les exhortent au renforcement et à l’adaptation de l’assistance technique aux besoins prioritaires des pays dans les domaines suivants : au maintien et retour des filles à l’école; à la continuité de l’offre sécurisée des services de santé maternelle, infantile, nutritionnelle y compris la SR/PF; à la Protection et promotion des droits des femmes et des filles face à l’accentuation des inégalités existantes entre les sexes; eu à une facilitation de la gestion des connaissances et le partage des bonnes pratiques développés par les pays dans le cadre de la riposte à la Covid -19 et du relèvement.  L’Union Africaine devra elle, s’occuper du plaidoyer auprès des institutions continentales pour porter la question de l’autonomisation des femmes au niveau de l’agenda de l’Union Africaine

En marge de cette plateforme virtuelle, Mme la Ministre du Plan et du Développement et sa Collègue guinéenne de l’Action Sociale, de la Promotion féminine et de l’Enfance ont conféré avec la presse guinéenne par Visio conférence. Mme Kanny Diallo a présenté le Projet Régional SWEDD et sa composante guinéenne, son articulation avec le contexte COVID 19 et rappelé les grandes décisions et orientations de la rencontre des Ministres.

De son côté, la Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance a expliqué l’impact de la COVID sur la dimension sectorielle  genre , les défis,  acquis et opportunités à saisir en matière d’autonomisation des filles été femmes  en Guinée.

« Ce plan s’articule autour de cinq aspects. Nous avons la promotion des gestes barrières, la protection des personnes à risques notamment les femmes et les filles victimes d’inégalités et des violences. L’autre axe c’est le soutien psycho social, le quatrième aspect c’est la solidarité, la résilience et la fin c’est la coordination. C’est cela que nous sommes en train de faire au département pour réduire les inégalités de la COVID-19 et aussi nous projeter dans l’avenir en ciblant justement nos activités qui cadrent avec la résilience », a déclaré  Mme la Ministre, Hadja Mariama Sylla.

Lancement d’une campagne multi medias

Cette rencontre a également servi de cadre pour le lancement de la campagne Stronger Together : Mon autonomisation, mon avenir. Même en temps de crise !  Cette campagne a pour objectif de sensibiliser les communautés, les parents, les enseignants et toutes les parties impliquées dans la prise en compte de la situation particulière des adolescentes, de l’urgence dans la continuité des services d’éducation, de la mise en place des espaces sûrs pour les jeunes filles et pour la prévention et prise en charge des cas de violences basées sur le genre.

Lancé en novembre 2015 avec le soutien financier de la Banque mondiale, l’appui technique du Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA) et de l’Organisation Ouest Africaine pour la Santé (OOAS), le projet SWEDD vise globalement à accélérer la transition démographique, à déclencher le dividende démographique et de réduire les inégalités de genre dans la région du Sahel.

Il s’agit de créer une demande pour les produits et services de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle (SRMNIN) en favorisant le changement social. Y compris pour l’abandon des pratiques socioculturelles nocives à l’expression du potentiel des adolescentes, et l’autonomisation des femmes et filles, de renforcer les capacités régionales. Cet objectif vise à améliorer l’offre en produits de santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile et nutritionnelle et en personnel qualifié et à renforcer le plaidoyer la concertation de haut niveau mené dans le cadre du projet et les capacités pour l’élaboration des politiques et la mise en œuvre du projet.

Le Projet SWEDD couvre désormais neuf pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad, Guinée, le Cameroun).              

Synthèse : Ibrahima Ahmed BARRY,  journaliste Consultant